BLACK POWER

BLACK POWER
BLACK POWER

BLACK POWER

C’est en 1966 que Stokely Carmichael, président du SNICK (Student Non-Violent Coordinating Committee), diffuse l’expression de Black Power ou pouvoir noir. Il n’est plus possible en effet d’attendre qu’on applique les lois, ni de se contenter de la promotion de quelques Noirs au sein de la société blanche américaine. Toute la communauté noire est alors incitée à lutter pour sa propre promotion, la coopération véritable entre les races ne s’avérant possible que dans l’égalité. Le premier objectif du Black Power est donc d’amener la communauté noire, d’une part à prendre conscience de ce qu’elle est, de ses racines, de son histoire, de sa culture, d’autre part à définir ses propres buts et à prendre la direction d’organisations spécifiques. À ces conditions seulement, les Noirs peuvent coopérer avec la société dominante aux États-Unis, en la transformant et en rejetant ceux de ses principes qu’ils jugent racistes. Par des pressions économiques et politiques, ils doivent contrôler les institutions là où ils sont majoritaires (dans les ghettos des villes et dans certains comtés du Sud), ou participer au contrôle en proportion de leur force là où ils ne sont pas majoritaires. Cette doctrine se distingue de celle du séparatisme, prôné par les Black Muslims , qui refusent tout contact avec les Blancs et dont certains ont même demandé la création d’une nation noire. Précurseur du Black Power, Malcolm X s’était séparé des Black Muslims et avait préconisé une action politique et sociale au sein de son organisation de l’Unité afro-américaine. Avant d’être assassiné en 1965, il avait suggéré que les Noirs s’appuient sur la force pour réclamer leur dû. L’un des principes du Black Power est en effet d’opposer à la violence la contre-violence, mais en s’appuyant sur la légalité (notamment sur le droit constitutionnel de porter une arme). Cette idée est reprise par le Black Panther Party , créé en 1966 par Bobby Seale et Huey Newton à Oakland, faubourg de San Francisco. Ces derniers soulignent dans leur programme que les Noirs doivent s’armer pour se défendre. Rejoints au printemps de 1967 par Eldridge Cleaver, ils se rendent célèbres par leurs patrouilles dans les ghettos, armés de mitraillettes, portant bérets et vestes noirs en vue de protéger leurs frères de couleur contre les brutalités de la police. Le SNICK de Carmichael, puis de Rap Brown se montre alors très actif, et le CORE (Congress of Racial Equality) devient plus radical sous la conduite de son nouveau président, Floyd McKissick.

Cependant, la répression s’organise: les Black Panthers devenant l’ennemi principal de la police fédérale, leurs leaders sont arrêtés et abattus; leurs troupes sont contrôlées par les policiers qui parviennent à s’y infiltrer.

L’assassinat de Martin Luther King en avril 1968 prive les Noirs américains du seul leader qui pouvait parler au nom du plus grand nombre; et la coalition des Blancs libéraux qui le soutenaient s’est évanouie.

L’action des leaders révolutionnaires se poursuit jusqu’en 1970-1971, surtout sensible dans les grandes villes et marquée par une forte tendance révolutionnaire. Sous l’influence de la guerre du Vietnam, les mouvements noirs se déclarent solidaires des peuples du Tiers Monde, mais bientôt des divisions profondes les atteignent, notamment chez les Black Panthers en 1971. Les leaders évoluent de façon différente: Stokely Carmichael fait retraite en Guinée avant de revenir aux États-Unis en 1973 pour prôner le retour des Noirs en Afrique; E. Cleaver se réfugie à Cuba, puis en Algérie, d’où il prône la guérilla urbaine; d’autres passent de nombreuses années en prison. Le mouvement se replie sur des actions locales à travers lesquelles certains essayent encore de mettre en application les principes du Black Power, tandis que d’autres cherchent à s’introduire dans la vie politique, tel Bobby Seale qui tente de conquérir la mairie d’Oakland; avec Huey Newton, il lance des programmes d’assistance à la communauté noire. Dans les années 1990, les retombées de la bataille pour les droits civiques des Noirs américains sont visibles: représentant 12 p. 100 de la population, ceux-ci comptent 7 000 élus en 1993 (contre 300 trente ans plus tôt). Le pouvoir politique noir est maintenant entre les mains d’un puissant groupe parlementaire (le Black Caucus).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Black Power — Saltar a navegación, búsqueda Richard Wrigh, autor del libro Black Power Black Power (Poder negro) es un eslogan político y el término asociado a varias ideologías asociadas al mismo.[1 …   Wikipedia Español

  • Black Power — is a racially based political slogan and a name for various associated ideologies. [This is advanced by three groups: nihilists, integrationists, and separatists. For more see, Scott, J. W. (1976). The black revolts: racial stratification in the… …   Wikipedia

  • Black Power — Geste bei den Olympischen Spielen 1968 Black Power ist ein Slogan der Bürgerrechtsbewegung der Afroamerikaner in den USA, der sich an einen Buchtitel von Richard Wright (1908–1960) anlehnt. Der Bürgerrechtler und Vorsitzende des Student… …   Deutsch Wikipedia

  • Black power — Le terme Black Power est un concept politique recouvrant divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs aux États Unis, actifs principalement dans les années 1960 et les années 1970. Contemporain du Mouvement des Droits Civiques… …   Wikipédia en Français

  • Black Power — Black Pow|er auch: Black Po|wer 〈[ blæ̣k paʊə(r)] f.; ; unz.〉 Freiheitsbewegung der amerikan. Schwarzen [engl., „schwarze Macht“] * * * Black Po|w|er [ blɛk pa̮uɐ ], die; [engl. black power = schwarze Macht]: Bewegung nordamerikanischer Schwarzer …   Universal-Lexikon

  • Black Power — noun uncount a political movement of black people, especially in the 1960s in the U.S., who wanted to achieve greater political and social power for black people …   Usage of the words and phrases in modern English

  • black power — /blekˈpawer, ingl. ˈblækˌpauə(r)/ [vc. ingl., comp. di power «potere» e black «nero»] loc. sost. m. inv. potere nero …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • black power — ☆ black power n. political and economic power as sought by black Americans in the struggle for civil rights …   English World dictionary

  • Black Power — Le terme Black Power a été lancé par Stokely Carmichael, du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) en 1966 et recouvrait la position de divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs aux États Unis, actifs principalement dans… …   Wikipédia en Français

  • black power — noun Usage: often capitalized B&P : the power of American blacks especially as applied to the achieving of their political and economic rights * * * ↑black power * * * ˌBlack ˈPower 7 [Black Power] noun uncount …   Useful english dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”